Projet de loi financement de la sécurité sociale & déplacement du Président en Essonne

Cher(e)s ami(e)s, 

Nous étions la semaine dernière en étude du projet de loi de financement de la sécurité sociale pour l'année 2018. Tout comme le projet de loi de finances, ce projet de loi est présenté annuellement et vise notamment à maitriser les dépenses sociales et de santé, et à traduire certaines mesures législatives contenues dans la stratégie nationale de santé.

Le budget présenté par le Gouvernement et voté à l'Assemblée est responsable et ambitieux. L'objectif du Gouvernement est de maitriser la dépense publique et de réduire le déficit. Notre modèle social doit être défendu et pérennisé et cela implique une gestion méticuleuse des deniers publics tout en soutenant le mieux possible les plus fragiles de nos concitoyens.

Ce projet de loi de financement de la sécurité sociale contient des réformes courageuses, je pense notamment à la hausse de la CSG de 1,7 point qui nous servira à financer la suppression de la taxe d'habitation pour 80% des foyers français ou encore la baisse des cotisations sociales pour les salariés. Ces deux dernières mesures permettront une amélioration nette du pouvoir d'achat des Français. Pour un salarié au SMIC, cela représentera un gain annuel de 132 euros en 2018 et de 263 euros en 2019. 

Ce projet de loi soutient les entrepreneurs et les indépendants : une année "blanche" de cotisations sociales sera mise en place en 2019 pour les créateurs et repreneurs d'entreprises ; le CICE sera transformé en baisses de charges pour offrir de la visibilité aux entreprises ; le RSI sera supprimé et la protection sociale des indépendants sera confiée au régime général pour une meilleure qualité de service. 

Ce projet de loi met l'accent sur le développement de la prévention en matière de santé : les ressources affectées aux établissements de santé progresseront de 2,2%, les obligations vaccinales seront étendues et la hausse progressive du prix du tabac vers un paquet à 10 euros en 2020 permettra à de nombreux Français d'arrêter la consommation de cigarettes. 

Enfin, ce budget prend en charge les plus fragiles : le minimum vieillesse sera augmenté de 100 euros par mois ; 22 milliards d'euros seront consacrés au financement des établissements accueillant des personnes âgées ; plus de 2000 places seront créées dans les établissements accueillant des personnes handicapés ainsi que 4500 places supplémentaires en EHPAD. Le plafond de l'aide à la garde d'enfant sera majoré de 30% pour les familles monoparentales. Enfin, l'allocation adulte handicapé sera portée à 900 euros pour lutter contre la pauvreté subie du fait de leur handicap. 

Ce budget est celui des engagements tenus par Emmanuel Macron. Il est responsable et favorise la solidarité. Il aura de véritables conséquences sur la vie de 20 millions de Français en augmentant leur pouvoir d'achat.

J'ai eu le plaisir d'avoir été invitée la semaine dernière au déplacement du Président de la République sur le campus de Saclay en Essonne pour annoncer la constitution du pôle d'excellence voué à rendre le plateau de Saclay et la recherche Française attractifs au niveau international. J'ai assisté à la cérémonie des 80 ans de Safran Réosc à Saint-Pierre-du-Perray, un des fleurons industriels Français qui salarie 154 personnes dans notre circonscription. 


Nous allons cette semaine étudier la seconde partie du projet de loi finances et je vous encourage à suivre ma page Facebook pour prendre connaissance des débats que nous aurons dans l'hémicycle. 

Bien à vous tous

Marie Guévenoux
Députée de la 9e circonscription de l'Essonne
Secrétaire de l'Assemblée nationale