Merci pour votre présence à mes voeux à Soisy-sur-Seine

Chers amis, 


Je tiens à remercier toutes les personnes qui sont venues à ma cérémonie de voeux républicaine. Merci aux élus, aux forces de l’ordre et de sécurité civile, aux représentants d’associations pour leur présence. Merci aux habitants qui viennent me voir régulièrement ou à ceux que je rencontrais hier pour la première fois.

Ces vœux ont lieu dans un contexte difficile où la violence et l’absence de dialogue semblent prédominer. Je voulais avoir un discours sincère qui ne sous estime pas ce qui se passe mais ne l’exagère pas non plus. 

J’ai été élue pour la première fois il y a 18 mois,  personne ne me connaissait et je sais parfaitement les circonstances particulières qui m’ont amenées à exercer cette responsabilité. Notre pays est en crise profonde, l’abstention est à chaque scrutin grandissante, les extrêmes de tous poils prolifèrent, la démagogie et le cynisme choquent de moins en moins, le sens de la responsabilité semble se perdre, les Français ne sont pas loin de baisser les bras. 

Ce climat où tout se tend, où l’exaspération et l’impatience deviennent chaque année un peu plus fort, c’est notre lot commun à tous et cela depuis au moins 20 ans. Les racines de ce que à quoi nous assistons aujourd’hui sont profondes et diverses, certaines dépassent largement le cadre national. Renoncements du passé, difficultés à trouver des solutions, mutations profondes de notre façon de vivre qui sont la source d’autant d’espoir que d’inquiétudes.

Bien sûr, nous avons aussi notre part de responsabilité. Face à l’urgence sociale nous avons supprimé les taxes sur les carburants et les hausses sur l’électricité et le gaz. A la fin du mois de décembre, d’autres mesures ciblées sur le pouvoir d’achat, ont été votées, afin que dès 2019 les effets puissent en être ressentis par les Français : l'augmentation de la prime d'activité, c'est 100 euros de plus par mois pour un salarié célibataire sans enfant qui gagne moins de 1560 euros et 100 euros pour une mère célibataire avec un enfant qui gagne moins de 2000 euros ; l'annulation de la hausse de la CSG pour les retraités ayant moins de 2000 euros de pension ; la défiscalisation des heures supplémentaires et la défiscalisation d'une prime exceptionnelle de fin d'année pour les entreprises qui peuvent la verser.

Nous le savons, ces mesures ne suffiront pas à elles seules. Elles ne satisfont pas le besoin d’écoute, de considération qui s’exprime lui aussi.  

C’est le sens du Grand Débat, voulu par le Président de la République. C’est un moment inédit et unique dans la vie de la nation, et chacun d’entre nous peut et doit y prendre part.
Ce Grand débat est une chance pour tous les Français de renouer et réfléchir ensemble à notre projet commun, à la société que nous voulons bâtir.  Il sera foisonnant, transparent et impartial.

Mais ce débat doit se tenir dans la sérénité, pour cela, les violences doivent cesser. Les casseurs, ceux qui ne sont pas là pour exprimer une opinion mais qui viennent dans les cortèges pour frapper, détruire, blesser parfois pire, ceux là doivent être appréhendés et fermement sanctionnés. Des mesures - notamment en vue d’interdire le fait de dissimuler son visage et engageant la responsabilité financière des casseurs - seront votées avant la fin du mois de janvier.

Comme la majorité des Français, je souhaite que la concorde revienne. Ecoutons nous, dialoguons, débattons. Soyons acteurs de ce pays que nous aimons tant.

Excellente année à tous,

Bien à vous tous, 
Marie Guévenoux 
Députée de la 9e circonscription de l'Essonne 
Secrétaire de l'Assemblée nationale