Merci pour votre présence à mes voeux à Soisy-sur-Seine

Chers amis, 


Je tiens à remercier toutes les personnes qui sont venues à ma cérémonie de voeux républicaine. Merci aux élus, aux forces de l’ordre et de sécurité civile, aux représentants d’associations pour leur présence. Merci aux habitants qui viennent me voir régulièrement ou à ceux que je rencontrais hier pour la première fois.

Ces vœux ont lieu dans un contexte difficile où la violence et l’absence de dialogue semblent prédominer. Je voulais avoir un discours sincère qui ne sous estime pas ce qui se passe mais ne l’exagère pas non plus. 

J’ai été élue pour la première fois il y a 18 mois,  personne ne me connaissait et je sais parfaitement les circonstances particulières qui m’ont amenées à exercer cette responsabilité. Notre pays est en crise profonde, l’abstention est à chaque scrutin grandissante, les extrêmes de tous poils prolifèrent, la démagogie et le cynisme choquent de moins en moins, le sens de la responsabilité semble se perdre, les Français ne sont pas loin de baisser les bras. 

Ce climat où tout se tend, où l’exaspération et l’impatience deviennent chaque année un peu plus fort, c’est notre lot commun à tous et cela depuis au moins 20 ans. Les racines de ce que à quoi nous assistons aujourd’hui sont profondes et diverses, certaines dépassent largement le cadre national. Renoncements du passé, difficultés à trouver des solutions, mutations profondes de notre façon de vivre qui sont la source d’autant d’espoir que d’inquiétudes.

Bien sûr, nous avons aussi notre part de responsabilité. Face à l’urgence sociale nous avons supprimé les taxes sur les carburants et les hausses sur l’électricité et le gaz. A la fin du mois de décembre, d’autres mesures ciblées sur le pouvoir d’achat, ont été votées, afin que dès 2019 les effets puissent en être ressentis par les Français : l'augmentation de la prime d'activité, c'est 100 euros de plus par mois pour un salarié célibataire sans enfant qui gagne moins de 1560 euros et 100 euros pour une mère célibataire avec un enfant qui gagne moins de 2000 euros ; l'annulation de la hausse de la CSG pour les retraités ayant moins de 2000 euros de pension ; la défiscalisation des heures supplémentaires et la défiscalisation d'une prime exceptionnelle de fin d'année pour les entreprises qui peuvent la verser.

Nous le savons, ces mesures ne suffiront pas à elles seules. Elles ne satisfont pas le besoin d’écoute, de considération qui s’exprime lui aussi.  

C’est le sens du Grand Débat, voulu par le Président de la République. C’est un moment inédit et unique dans la vie de la nation, et chacun d’entre nous peut et doit y prendre part.
Ce Grand débat est une chance pour tous les Français de renouer et réfléchir ensemble à notre projet commun, à la société que nous voulons bâtir.  Il sera foisonnant, transparent et impartial.

Mais ce débat doit se tenir dans la sérénité, pour cela, les violences doivent cesser. Les casseurs, ceux qui ne sont pas là pour exprimer une opinion mais qui viennent dans les cortèges pour frapper, détruire, blesser parfois pire, ceux là doivent être appréhendés et fermement sanctionnés. Des mesures - notamment en vue d’interdire le fait de dissimuler son visage et engageant la responsabilité financière des casseurs - seront votées avant la fin du mois de janvier.

Comme la majorité des Français, je souhaite que la concorde revienne. Ecoutons nous, dialoguons, débattons. Soyons acteurs de ce pays que nous aimons tant.

Excellente année à tous,

Bien à vous tous, 
Marie Guévenoux 
Députée de la 9e circonscription de l'Essonne 
Secrétaire de l'Assemblée nationale 

Le projet de loi sur les mesures d'urgence économique et sociale adopté cette nuit & Invitation cérémonie de voeux

Cher(e)s ami(e)s, 

Il y a 10 jours, le Président de la République s'est adressé à la Nation. Lors de cette allocution, il a apporté une réponse forte à la colère et aux inquiétudes qui avaient été exprimées lors de ces dernières semaines par le mouvement des Gilets Jaunes. 

Les revendications les plus importantes ont été entendues. Le Président de la République a proposé des mesures concrètes et rapidement visibles pour les Français. Ces premières mesures pour le pouvoir d'achat, ont été votées jeudi soir à l'Assemblée nationale et hier au Sénat. 

Ce texte a été préparé en un temps record et met en oeuvre les principaux engagements : 

-> Permettre aux entreprises de verser une prime exceptionnelle exonérée de toutes charges sociales et d’impôt sur le revenu. Elle devra être versée avant le 31 mars 2019 et concernera 4 à 5 millions de Français. 

-> Permettre à tous les salariés et les fonctionnaires qui font des heures supplémentaires de ne plus payer ni cotisations salariales ni impôt sur le revenu sur ces heures supplémentaires à partir du 1er Janvier 2019. Pour un salarié rémunéré 1500 euros net et réalisant un nombre d'heures supplémentaires égal à la moyenne observée, il obtiendra un gain de pouvoir d'achat de 500 euros par an. 

-> Annulation de la hausse de la CSG pour tous les retraités dont la pension est de moins de 2000 euros par mois. Cette mesure concerne 5 millions de retraités. 

-> Revalorisation importante de la prime d’activité, un salarié célibataire sans enfant gagnant moins de 1560 euros recevra 100 euros de plus par mois et une mère célibataire avec un enfant touchant moins de 2000 euros net percevra aussi 100 euros de plus par mois. 

Ces mesures fortes ne sont qu'une première partie de la réponse. Nous voulions mettre en place rapidement une augmentation franche du pouvoir d'achat pour les plus défavorisés de nos concitoyens. 

Il convient maintenant de passer à l'élaboration d'un projet commun sur quatre sujets clés pour les Français : la transition écologique, la fiscalité, la démocratie et citoyenneté et l'organisation de l'Etat. 

Pour cela, le Président de la République a annoncé le lancement à la rentrée d'un Grand Débat National, piloté par la Commission Nationale du Débat Public et auquel un maximum de Français sera amené à participer. Nous devons prendre le temps, durant trois mois, pour débattre et soulever les inquiétudes sur ces quatre thèmes afin d'y apporter des solutions concrètes. 

D'ici là, plusieurs d'entre vous sont peut-être déjà en congés pour profiter en famille et entre amis des fêtes de fin d'année. Je vous souhaite de passer de bonnes fêtes et vous invite à la cérémonie de voeux que j'organise le Jeudi 10 Janvier à 19h30 à la salle des fêtes de Soisy-sur-Seine. Inscription et informations en cliquant sur le lien ci-dessous. 

Je m'inscris à la cérémonie de voeux de Marie Guévenoux

Bien à vous tous, 
Marie Guévenoux
Députée de la 9e circonscription de l'Essonne 
Secrétaire de l'Assemblée nationale 

Appeler à manifester demain, c’est convoquer les casseurs : entendons les mesures fortes qui ont été prises

Cher(e)s ami(e)s,

Certains appellent encore à manifester demain.

Nous devons tirer collectivement les leçons des semaines passées. Appeler à manifester demain, c’est convoquer les casseurs. Appeler à manifester demain, c’est mettre en péril nos commerces et nos entreprises qui ont d’ores et déjà beaucoup trop souffert. C'est s’obstiner dans une posture qui n’aboutira à aucune solution constructive.

Le Président de la République a pris des mesures fortes. Il faut les entendre :

- le SMIC sera augmenté de 100 euros sans que cela coûte plus pour les entreprises
- les retraités dont la pension n’excède pas 2000 euros seront exonérés de la hausse de la CSG
- les heures supplémentaires seront versées sans impôts ni charges dès 2019 
- l’augmentation des taxes sur le carburant est annulée

Demain, un grand débat, coordonné par le Président de la République et mis en oeuvre par le Premier Ministre, aura lieu au plus près des Francais, dans nos territoires. 
 
Des sujets essentiels à la vie des Français y seront débattus : la question de la démocratie et de la citoyenneté pour que les courants d'opinion soient mieux entendus dans leur diversité ; la question de l'équilibre de notre fiscalité pour qu'elle permette à la fois la justice et l'efficacité du pays ; la vie quotidienne des Français pour faire face aux changements climatiques : se loger, se déplacer, se chauffer ; la question de l'organisation de l'Etat et des services publics pour nous interroger sur la manière dont ils sont gouvernés et administrés.

Ce sera un moment inédit pour notre pays de se retrouver, échanger, proposer et construire ensemble un nouveau contrat social.

Comme députée de la circonscription, je compte y prendre toute ma part afin de faire entendre la voix de notre territoire. Je vous tiendrai informés de la manière dont vous pourrez vous même y participer !

Bien à vous 

Marie Guévenoux
Députée de la 9eme circonscription de l'Essonne
Secrétaire de l'Assemblée nationale 

La violence ne règlera rien, bien au contraire elle aggravera la situation

Cher(e)s ami(e)s, 

Hier, le Président de la République et le Premier ministre ont annoncé l’annulation de l’augmentation des taxes sur le carburant et l’énergie. C’est la preuve que la majorité souhaite résoudre le problème immédiat qui avait été pointé du doigt par les premiers Gilets Jaunes. C’est aussi la preuve que nous avons une volonté sincère d’écoute et de dialogue avec les Français. 

Notre pays va mal. Beaucoup de nos compatriotes souffrent, voient arriver les fins de mois avec angoisse, ont peur de l’avenir. Leurs problèmes sont terriblement réels et se sont accentués ces 25 dernières années. Aujourd’hui, c’est notre responsabilité de les régler. C’est pour cela que nous organiserons une grande concertation dans laquelle chaque Français pourra exprimer les difficultés fiscales, sociales, territoriales … qu’il rencontre. C’est en se parlant, en s’écoutant et en se faisant confiance que nous réglerons ensemble la situation. 

Samedi dernier, nous avons assisté à de terribles scènes de violence. En effet, certains Gilets Jaunes se sont radicalisés, et ont été infiltrés par des militants de l’ultra-droite, de l’ultra-gauche et des casseurs. 

A Paris, l’Arc de Triomphe a été saccagé, les boutiques et le mobilier urbain cassés. Dans d’autres villes, des préfectures ont été incendiées.  Partout, des représentants de l’État et des forces de l’ordre ont été agressés. C’est inacceptable. 

Enfin, et c’est terrible, 4 personnes sont mortes. 

La violence ne règlera rien, bien au contraire elle aggravera la situation. 
Qu'apporteront des victimes supplémentaires, à part de la tristesse et de la désolation ? 
Qu’apportera la mise à sac de centres villes, à part la faillite des commerçants ? 
Qu’apportera la destruction des biens publics, à part la perte du fruit de notre travail ? 
Est-ce l’image que nous avons de la France ? 
Est-ce l’image que nous souhaitons donner au monde ? 
Tout ceci n’a aucun sens. 

Si les Français veulent plus de justice sociale, ils veulent aussi que la République soit préservée. Ceux qui veulent détruire, piller, agresser, tuer, doivent savoir que les Français ne le permettront pas. Le Premier ministre a prévenu hier, face aux casseurs nous serons intraitables. 


Marie Guévenoux, 
Députée de la 9e circonscription de l'Essonne
Secrétaire de l'Assemblée nationale 

De futurs investissements significatifs pour nos transports en Ile-de-France

Cher(e)s ami(e)s, 


Je souhaite tout d'abord remercier toutes les personnes qui ont pris du temps la semaine dernière pour répondre à ma communication sur le mouvement des Gilets Jaunes. J'ai reçu de nombreux messages qui m'ont permis de mieux appréhender la situation et de faire remonter vos points de vue au Premier Ministre. 


Parmi vos retours, la question de la mobilité est centrale. La politique des transports ne répond plus aujourd’hui aux réalités du pays et aux besoins des citoyens, en particulier ceux les plus éloignés des centre-villes. La stratégie a longtemps consisté à privilégier les grandes lignes de TGV au détriment des transports du quotidien. 

La réalité, c'est que le manque de solution de mobilité est vécu comme une source d'injustice, de fracture entre les citoyens et les territoires. C'est une des raisons très fortes de la mobilisation citoyenne que nous vivons depuis quelques jours. Les promesses non financées et la concentration de tous les investissements sur les grandes lignes doivent cesser au profit d'une transformation plus globale de nos mobilités, centrée sur le transport du quotidien. 

C'est pour atteindre cet objectif que la Ministre des Transports Elisabeth Borne a présenté cette semaine, en conseil des ministres, le projet de loi mobilités. 

Il s'agit du deuxième volet de la réforme de la mobilité que nous avons entamé avec la réforme de la SNCF. Nous voulons investir davantage dans les infrastructures qui améliorent les déplacements du quotidien tout en développant l'innovation et les nouvelles solutions de mobilité. 

En Ile-de-France, c'est donc un véritable effort qui est fait pour les transports du quotidien. Des investissements sans précédents sont entrepris par rapport à la période 2013-2017. Les budgets dédiés, pour la période 2018-2022, aux grands projets routiers, ferroviaires, à la régénération du réseau existant, au contrat de plan Etat Région et au matériel roulant sont augmentés de près de 56%. Je me réjouis en particulier du projet de deux nouvelles lignes de tramway qui seront importants pour notre circonscription  : un tramway T12 qui reliera Evry et Massy en 2022 et un tramway T7 qui permettra de se rendre directement à l'aéroport d'Orly depuis Juvisy.

En parallèle de ces projets j'ai signé - aux côtés de nombreux élus - un courrier demandant à la ministre des transports, Elisabeth Borne, que soit précisé dans le cadre des débats sur la loi mobilités la confirmation des investissements nécessaires à la réalisation de l’ouvrage du Terrier de Bercy. Ce tunnel permettrait aux usagers de la ligne D d’avoir plus de trains et, pour ceux du sud de la ligne, de rétablir les trajets directs depuis et vers Paris. Cela serait une réponse de moyen terme à la mise en oeuvre du SA 2019.

Enfin, nous ne pouvons pas penser la mobilité du 21ème siècle sans y inclure l'objectif capital de réduction de l'empreinte environnementale de nos transports. De nombreuses mesures vont dans le sens d'un meilleur développement des offres de transport propres (vélo, véhicules électriques, zones à faibles émissions etc.). C'est aussi le sens du développement du parc de transports en commun. 

Nous connaissons parfaitement le quotidien de nos concitoyens. C'est ce constat partagé entre les Français et Emmanuel Macron qui nous amène à réformer en profondeur la mobilité du quotidien. À nous de garder le cap tout en reconstruisant un dialogue aujourd’hui fracturé avec les français pour avancer sans laisser quiconque sur le bas-côté. 

Bien à vous tous, 
Marie Guévenoux 
Députée de la 9e circonscription de l'Essonne 
Secrétaire de l'Assemblée nationale